Indotel et Conatel prennent de nouveaux engagements pour résoudre les problèmes d’interference à la frontière Haitiano-dominicaine

By | 18 avril 2021

Dans le but de promouvoir le développement des technologies de l’information et de la communication dans toute l’île, Indotel et Conatel représentant respectivement la République Dominicaine et la République d’Haïti, ont signé un protocole d’accord entre les deux pays le jeudi 16 avril 2021.

L’Institut dominicain des télécommunications (INDOTEL) et le Conseil national des télécommunications de la République d’Haïti se sont engagés à travailler ensemble pour résoudre les problèmes d’interférence de fréquence radio à la frontière entre les deux pays.

Dans le mémorandum, les signataires admettent l’existence d’activités frauduleuses perpétrées à partir de certaines localités proches de la frontière et que, par conséquent, les autorités des télécommunications des deux pays ont accepté de fournir le soutien nécessaire pour identifier les opérateurs illégaux et prendre des mesures énergiques.

Ce memorandum d’accord adresse la question de l’utilisation des services téléphoniques dans les zones frontalières et du « roaming » . Ainsi donc les responsables des deux pays ont également convenu d’éviter que les habitants des zones frontalières subissent la capture involontaire de signaux émis par les opérateurs de réseaux de téléphonie mobile de l’autre pays. «En conséquence, cela entraîne des frais (tarifs) élevés pour l’utilisation de l’itinérance mobile», souligne l’accord.

Lors de la signature dudit protocole, étaient présents Nelson Arroyo, président d’Indotel, Léon Jean Marie Guillaume, directeur général du CONATEL et Julissa Cruz.

Des membres du conseil d’administration d’Indotel, Pavel Issa, vice-ministre de l’économie, de la planification et du développement, Hilda Patricia Polanco, Priamo Ramirez, Fausto Rosario ont également participé.

La délégation haïtienne était composée de M. Jean-Baptiste, directeur du bureau du directeur, Joses Jean-Baptiste, directeur du centre de formation, Lucson LACROIX, directeur adjoint de l’Unité de communication, Pierre André CESAR, directeur informatique.

« Cet accord nous permettrait non seulement de résoudre d’autres problèmes de télécommunications, mais aussi des interférences dans la zone frontalière entre les deux pays, car c’est l’un de nos plus grands souhaits. » , déclare le directeur général de CONATEL

« Nous sommes convaincus que cet accord que nous avons signé aujourd’hui produira des résultats optimaux dans les plus brefs délais. »

Ce protocole d’accord s’accompagne d’un travail de continuité et de suivi, pour la mise en œuvre effective des dispositions et engagements, qui visent à résoudre les problèmes de brouillage radioélectrique rencontrés le long de la frontière.

Le président d’Indotel a conclu en remerciant les représentants du CONATEL pour avoir déménagé de leur pays vers la République dominicaine, et l’engagement qu’ils assument aujourd’hui pour qu’enfin, le rêve que les frontières soient reçues sans interférence.

Rappelons que la signature dudit mémorandum intervient la République Dominicaine a lancé au début de l’année un appel d’offres pour les frequences de la bande des 700 Mhz et 3.5 Ghz et dans ce cadre , il est impératif que des garanties formellement soient présentés aux intéressés par rapport à la possibilités d’utiliser ces fréquences dans les zones frontalières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *