Haïti gangs|Apport technique de la Colombie aux policiers haitiens, un « cover-up », révèle l’ex-colonel Rébu

By | 25 février 2021

Léon Charles aurait-il besoin qu’un policier colombien vienne jusqu’en Haïti lui faire la leçon sur les techniques d’arrestation de BBQ, chef de gang G9 pro-pouvoir et également l’un des plus réputés pour des actes d’exactions, de crimes et d’assassinat ? Le massacre de La Saline, en exemple.

De 1994 à nos jours, Léon Charles en transformant la PNH en milice privée du régime PHTK, selon de nombreux organismes de droits humains, est celui qui aurait causé plus de tort à l’institution policière. Il rejoindra un jour la liste des conzés incluant déjà Raoul Cedras, Michel François et autres chefs esclaves armés d’Haïti contre ses propres frères nègres.

Mercredi 24 février 2021 –La police nationale d’Haïti a en son sein de véritables d’hommes formés et bien entraînés, pour venir à eux seuls à bout de l’insécurité ravageant le pays, si le désir est manifesté, a indiqué l’ancien colonel des Forces Armées d’Haïti, Himler Rébu.

« La présence d’un chef de police de la Colombie en Haïti, sous prétexte de partager ses expériences avec son homologue de la PNH, en matière de lutte contre les enlèvements, est un cover-up« , a révélé Himler Rébu, voyant dans cette manœuvre des étrangers soutenant aveuglément les dérives du dictateur Jovenel Moise « une façon d’arriver à ce referendum constitutionnel-bidon« .

« Cet apport technique des spécialistes, diront-ils, plus tard, a porté ses fruits et qu’un climat de sécurité est rétabli« , a anticipé l’ancien haut-gradé FAD’H, analysant que tout ceci sera fait pour rassurer la population à prendre part au referendum inconstitutionnel de Jovenel Moise et aux élections frauduleuses programmées avec un CEP illégal constitué en dehors des normes légales et consensuelles.

Depuis le 7 février 2021, avec un président de facto installé au Palais National, appuyant sur un bouton de répression policière, « c’est le cinéma qui se déroule en Haïti« , et les acteurs aux dossiers de corruption louche, affichent une piètre performance comme celle enregistrée lundi dernier lors de l’intervention inédite du président de facto Jovenel Moise désaxé devant des ambassadeurs du Conseil de sécurité.

SOURCE: REZONDWES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *