Des organisations de la Société civile organisent vendredi un tribunal citoyen pour dire non à la dictature

By | 19 février 2021

Des organisations de défense des droits humains et des associations de socioprofessionnels entendent s’engager dans le combat pour le respect de la Constitution en organisant vendredi un tribunal citoyen pour dire non à la dictature

Jeudi 18 février 2021 – Le verdict du tribunal citoyen devra être appliqué à l’occasion d’une marche pacifique à organiser le 28 février prochain à Port-au-Prince, ont annoncé, ce jeudi 17 février, les initiateurs du tribunal citoyen, dans le cadre d’une conférence de presse dans les jardins Kiskeya.

Selon le directeur exécutif du Centre d’analyse et de recherche en droit de l’homme (CARDH), Gédéon Jean, l’initiative de monter un tribunal citoyen traduit l’engagement de tous les acteurs qui aspirent à un changement de cap au regard de la conjoncture sociopolitique.

Le militant des droits humains informe que trois piliers devront motiver la constitution du tribunal citoyen.

La violation de la Constitution, la vassalisation des institutions, la violation systématique des droits de la personne humaine ; ces thématiques sont insérées dans l’acte du procès avec la particularité des débats intenses sur les enjeux de cet exercice.

Dans un autre registre, les instigateurs du tribunal citoyen persistent sur la nécessité que toutes les forces vives de la nation puissent s’impliquer dans la lutte visant au respect des prescrits constitutionnels.

Le mandat du président Jovenel Moïse courant à terme depuis le 7 février dernier, alors que Jovenel Moïse s’octroie un prolongement en dehors des exigences constitutionnelles, préoccupent des leaders politiques et acteurs de la société civile regroupés au sein du collectif « Mach pou lavi ».

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *