Biden devrait annoncer les nominations aux postes diplomatiques clés, rapporte Foreign Policy

By | 18 avril 2021

Contrairement à Jovenel Moise qui envoie des ambassadeurs Barbekyou paître dans toutes les missions diplomatiques haïtiennes, le président Joe Biden doit obligatoirement passer par l’approbation du Sénat américain avant de donner le grade « d’ambassadeur plénipotentiaire » à tout citoyen nominé pour le prestigieux poste.

Samedi 17 avril 2021 –Après près de trois mois de mandat, le président américain Joe Biden devrait annoncer une série de nominations pour des postes d’ambassadeurs et d’autres postes de haut niveau au sein du département d’État, a appris Foreign Policy, dans le cadre de l’objectif de l’administration de reconstruire le département d’État.

Les candidats comprennent des ambassadeurs dans des pays d’Afrique et d’Asie, ainsi que des postes de haut niveau au sein du département d’État, basés à Washington et chargés de superviser les affaires diplomatiques de l’administration avec l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et les organisations internationales.

Certains fonctionnaires actuels et anciens ont critiqué l’administration Biden pour avoir attendu si longtemps avant d’annoncer les nominations pour les postes de haut niveau et les postes d’ambassadeur, notant qu’environ la moitié de tous les postes d’ambassadeur des États-Unis dans le monde sont actuellement vacants. Cette situation est importante, car l’administration Biden doit rapidement se doter du personnel nécessaire pour relever les principaux défis de la politique étrangère du pays, de la Chine à l’Iran en passant par le changement climatique.

L’administration Biden n’a nommé et confirmé qu’un seul poste d’ambassadeur : Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice auprès des Nations unies. M. Biden n’a pas encore nommé de candidats pour d’autres postes importants, tels que les ambassadeurs des États-Unis auprès de l’OTAN, de l’Union européenne, de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud ou de l’Allemagne.

Les responsables de M. Biden affirment qu’ils sont toujours confrontés à des obstacles bureaucratiques et à des goulots d’étranglement laissés par l’ancien président américain Donald Trump, notamment son refus de reconnaître les résultats de l’élection, ce qui a retardé le moment où M. Biden pourrait choisir et approuver les candidats. Ils affirment également que les vérifications rigoureuses des antécédents pour les habilitations de sécurité des candidats potentiels ont retardé le processus.

La plupart des nouveaux candidats sont des officiers de carrière du service extérieur, conformément aux promesses de M. Biden et du secrétaire d’État Antony Blinken de restaurer le moral du département d’État et de renforcer les diplomates de carrière après l’ère Trump, au cours de laquelle les grands donateurs ont dominé les postes importants. D’autres candidats sont des diplomates à la retraite et des experts en politique étrangère de longue date qui ont des liens étroits avec les cercles de politique étrangère de Biden. Certains de ces noms ont été rapportés pour la première fois par Politico.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *