Assassinat de Jean Léopold Dominique : 21 ans après, toujours pas de justice

By | 4 avril 2021

 Lundi 3 avril 2000, Haïti s’est réveillée avec une mauvaise nouvelle qui parcoure ses rues. Le célèbre journaliste et propriétaire de la radio Haïti Inter, Jean Léopold Dominique et Jean-Claude Louisaint, gardien de la radio sont assassinés à l’entrée même de la station, rapportent les médias de la capitale haïtienne.

Argonome et journaliste de formation, Jean Do, comme on aimait l’appeler par signe d’affection, a été cet homme qui ne badinait pas avec ses analyses pointues. Selon les témoignages, le travailleur de la presse avait l’esprit plus que clair, ce qui lui a valu une grande admiration au sein de la société haïtienne, notamment dans le monde des lettrés.

Les circonstances de la mort des deux hommes restent inconnues. Cependant, pour Madame Duvivier Pierre-LouisLuis, dans son article « Pourquoi tuer Jean Dominique ? » paru en 2001 dans la revue « Chemins Critiques », affirme que celui qui s’apprêtait à fêter ses 70 ans en juillet a été tué parce qu’il dérangeait avec sa voix.

« Faire taire la voix qui dérangeait, qui dénonçait avec intelligence, avec insolence, avec irrévérence, avec arrogance même quelques fois », écrit l’ancienne ministre de justice qui allait devenir première Ministre ( septembre 2008 à novembre 2009) sous la présidence du feu René préval. Là, se trouverait la raison d’être de son assassinat.

Quant à la justice haïtienne, elle avait lancé une enquête qui peine à terminer. Eddy Jackson Alexis, désormais ancien Secrétaire d’État à la communication, a déclaré avoir regretté que l’enquête soit bloquée au niveau de la cour de Cassation et c’était à l’occasion du 20ème anniversaire du meurtre.

La Cour de Cassation tarde à se prononcer sur dossier, alors que l’ancienne Sénatrice du Fanmi Lavalas, Mirlande Libérus Pavert, a été indexée clairement par le juge Yvickel Dabrézil comme étant l’auteur du meurtre des deux hommes. Au passage, signalons que cette ancienne parlementaire vit actuellement aux États-Unis.

9 autres personnes ont été pointées du doigt dans cette affaire, selon les conclusions du rapport du Juge de la Cour de Cassation, Yvickel Dabrézil. Malgré tout, les assassins sont encore dans la nature. Aucun journaliste n’est épargné s’ils sont arrivés à tuer Jean Dominique, disait Michèle Montas, sa femme.

Ce 03 Avril 2021 ramène les 21 ans de ce double meurtre. Les éléments des enquêtes y relatifs sont encore cloué dans le tirroir de la justice haïtie. A quand la fin de l’impunité en Haïti ? A quand l’effectivité de la liberté d’expression en Haïti, ce pays dit démocratique ?

TRIP FOUMI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *